Sri Lanka, l’île aux joyaux… entre magnificence et violence

Publié le par Ludovic

Je n'aviguais vers Ceylan, une montagne se dressait dans toutes sa gloire. Ceylan n'est séparé du Paradis que par une faible distance ; l'on y entend, paraît-il, le chant de la fontaine céleste ; c'est le lieu le plus merveilleux de la Terre.

Giovanni de Marignolli, légat du pape (1355)



jetavana-dagoba-2.jpg

 

Voilà comment depuis des siècles, les navigateurs, les missionnaires, mais aussi les simples visiteurs de passage décrivent le Sri Lanka. Marco Polo parle même de « la plus belle des iles au monde, de dimension comparable ». Ceylan fut une merveilleuse découverte pour les navigateurs, pendant des siècles, l’ile est reliée à l’Occident par deux grandes routes commerciales : la route de la soie sur terre et une route maritime à travers l’océan Indien.

Aujourd’hui le Sri Lanka n’a rien perdu de son attractivité, végétation exubérante, sites grandioses vestiges de 2300 ans d’histoire pendant lesquels les 180 rois successifs de Ceylan ont construit des monuments comparables à ceux des Pharaons : le Dagoba (dôme de brique) du Jetavana à Anuradhapura, édifié au III siècle en hommage à Bouddha, est l’édifice le plus haut du monde antique après les 2 plus grandes pyramides de Gizeh (photo ci-dessus).

Ces villes saintes, ces cité antiques, ces sculptures géantes, ces peintures précieuses et ces forêts aux essences rares, constituent les inestimables témoins d’un passé exceptionnel. L’UNESCO a d’ailleurs inscrit 7 des trésors du Sri Lanka au Patrimoine mondial de l’humanité.

Le tableau serait parfait si un terrible conflit ne sévissait pas depuis maintenant 25 ans, opposant le gouvernement à l’organisation séparatiste des Tigres tamouls (Liberation Tigers of Tamil Eelam, LTTE). Ces derniers, hindouistes, se battent pour obtenir l’indépendance du nord et du nord-est du Sri Lanka, le pays étant composé à 75% de Cinghalais bouddhistes. Les attentats se multiplient dans plusieurs villes et en particulier dans la capitale Colombo.

Et alors qu’aujourd’hui 4 février 2008, le pays fête le 60ième anniversaire de son indépendance de la Grande-Bretagne (le 4 février 1948), on apprend que deux nouveaux attentats meurtriers ont été revendiqué par les Tigres tamouls samedi 2 et dimanche 3 février 2008, le premier à Dambula à 150 km de Colombo et l’autre à Colombo même à l’arrivée d’un train en gare, faisant respectivement 20 et 13 morts ainsi que des dizaines de blessés. En effet, les violences vont crescendo entre Colombo et les rebelles des LTTE depuis le 16 janvier, ces derniers n’étant plus tenus par le fragile cessez-le-feu signé le 23 février 2002 sous l’égide de la Norvège.

L’île à l’économie plutôt prospère, qui à fait la une des médias lors du tsunami de décembre 2004, s’enlise dans le plus vieux conflit en cours en Asie, une guerre oubliée et en particulier des médias où alternent phases de combats, d’attentats et périodes d’accalmies, une guerre qui a fait depuis 25 ans entre 60 000 et 70 000 morts.

 

Publié dans Sri Lanka

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article